Régionales repoussées ? "En pleine campagne présidentielle, cela n'aurait aucun sens"

Elections régionales
Des élections régionales reportées à l'automne 2021 reconfigureraient la campagne présidentielle, selon le politiste Rémi Lefebvre. Crédits : Element5 Digital via Pexels.

Initialement prévues pour les 13 et 20 juin, les élections régionales pourraient être reportées à l’automne 2021. Pour Rémi Lefebvre, politiste spécialiste du pouvoir local et des mobilisations électorales, il n’y aurait pourtant pas d’autre choix que de les décaler après l’élection présidentielle de 2022.

La question est sur la table : faut-il maintenir ou non les élections régionales les 13 et 20 juin 2021 ? Initialement prévues pour ce mois de mars, elles ont déjà été décalées une fois en raison de la crise sanitaire. Mais l’Élysée réfléchit à les reporter à nouveau. En cause, pas tant le jour du scrutin en lui-même, mais également toute la campagne électorale qui précède, explique La Dépêche. "Si on n’a pas un délai de deux mois pendant lequel les gens peuvent se rencontrer, il est compliqué de faire campagne", aurait affirmé l’entourage d’Emmanuel Macron.

Pour Rémi Lefebvre, politiste spécialiste du Parti Socialiste, du pouvoir local et des mobilisations électorales, "les régionales ne se tiendront pas en juin, c’est quasiment sûr ! Il ne peut pas y avoir de scrutin sans une campagne normale." Comment, alors que la France reconfine 16 départements dès ce vendredi 19 mars à minuit et pour quatre semaines au moins, tracter dans les marchés, faire du porte-à-porte et organiser des meetings ?

Un report à l’avantage de LREM et une "abstention colossale"

Selon Le Figaro de ce vendredi, un vote à l’automne (fin septembre ou début octobre) est envisagé et les différents partis seront consultés. Le Conseil scientifique doit remettre un rapport le 1er avril sur "l’état de l’épidémie de Covid-19, sur les risques sanitaires et sur les adaptations nécessaires attachés à la tenue des scrutins et des campagnes électorales précédant celui-ci". Mais selon Rémi Lefebvre, les régionales en octobre "n’auraient aucun sens, car on sera déjà en plein dans la campagne présidentielle. Je pense qu’elles seront reportées après cette élection-là, de mai 2022". Dans ce cas-là, "ça change absolument tout et ce sera à l’avantage de La République en marche (LREM), qui n’est pas très bon au niveau local".

Un report des régionales bouleversait beaucoup d’éléments pour l’élection présidentielle de 2022. Pour la droite d’une part : Xavier Bertrand avait prévu d’annoncer sa candidature à la présidentielle seulement s’il était plébiscité dans les Hauts-de-France. Dans une telle configuration, il devrait faire son choix sans crash-test régional. Pour Rémi Lefebvre, "ça veut dire aussi que la droite n’aura pas une forme de primaire avec les régionales". D'ailleurs, le Secrétaire général des Républicains (LR) Aurélien Pradié a partagé son mécontentement au micro de Sud Radio.

Et à gauche, le retard des régionales signifiera que "le pari de l’union des partis de gauche ne sera pas expérimenté avant la présidentielle", ajoute Rémi Lefebvre.

Enfin, quels sont les risques d’abstention ? Selon Rémi Lefebvre, "les régionales intéressent encore moins que les municipales. La mobilisation risque d’être très faible et l’abstention colossale." Une absence de votes redoutée par le corps politique, qui craint des scrutins semblables à ceux des dernières municipales, avec un taux d’abstention de 54,5% au premier tour en mars 2020 et de 58,4% en juin, du jamais-vu.

Marion Mayer

🧑‍🍳 On vous recommande